MÉMOIRE en 23 volumes

Extrait du Vol 1 :

Je sais ce qu’on dit des autobiographies... elles sont toutes fausses... les confessions aussi. Elles sont des faire-valoir et quelque part, l’expression d’une souffrance... Laquelle ?... de quel ordre ?... C’est le sentiment d’avoir été méconnu, sa vie entière qui la compose. De là, le désir d’enfler ses mérites. Mais c’est une erreur. Il n’y a aucun mérite à briller dans une époque aussi chaotique que la nôtre. Au contraire, c”est dans l’échec que réside la beauté. Il n’y a de grandeur que dans l’erreur... toute la littérature le prouve... dites-moi, qui s’intéresserait au récit d’une vie où tout a immanquablement réussi ? Le lecteur aime s’entendre raconter des fautes qui mettront du baume sur ses plaies secrètes. L’erreur est utile... elle fait mieux voir la vérité. Mais celle-ci nous plonge immédiatement dans l’histoire. Ces erreurs qu’on imputait à soi-même, sont des fatalités historiques. Mon grand père est né à Brest, en 1841. Je porte non seulement son nom, mais ses deux prénoms : François Alexandre... Je suis assez stupide pour m’en enorgueillir... c”es idiot, non ?... Pourquoi ? Il était navigateur... exactement, capitaine au long cours, premier maître de timonerie. Et dès ma plus tendre enfance, ces titres m’ont fait rêver….

La vérité sur la Nouvelle Figuration

Extrait :

La Nouvelle Figuration est un mouvement artistique qui fait la transition entre l’abstraction hégémonique des années 50 et une figuration dite narrative qui voit le jour en 1965 pour célébrer les “trente glorieuses”. Dès 1958, la mise en place d’un régime présidentiel invite un certain nombre de peintres abstraits à traduire leur ressenti face à une actualité menaçante. Ils s’affranchissent de la neutralité du signe par le passage du signifiant au signifié.

A cette date, la guerre froide a eu pour effet d’opposer une domination de l’art abstrait à l’ouest face à une figuration décriée à l’est tandis qu’à Paris, des “évènements” liés à une guerre d’indépendance de l’Algérie sont régulièrement censurés sur le plan culturel de l’information bien qu’ils s’offrent au regard critique de l’artiste comme d’innocents  sujets d’actualité.

Concernant un massacre en date du 17 octobre 61, un négationnisme d’état favorise le courant des Nouveaux Réalistes qui trouve refuge auprès de Marcel Duchamp à New-York à la suite d’une déclaration d’Arman“en octobre 61, il ne se passait rien à Paris”.

Inévitablement le thème des émeutes traité par Lapoujade à la galerie Domec en 1962 ou celui des manifestations par Jousselin à la galerie Massol la même année, ne pouvaient qu’irriter la censure au point de voir condamner au silence l’ensemble du groupe épris d’une égale impertinence.

Un esprit frondeur traite avec insolence les sujets les plus graves : les dangers du nucléaire, les effets de la psychanalyse sur l’aliénation, l’envoi d’un homme dans l’espace, l’accouchement sans douleur, l’attentat entre factions rivales, la circulation automobile arrivée à saturation, etc... 

Les noms de Maryan, Pouget, Lindström, Christoforou, Grindberg, Weiss, Agayo, Pellotier sont à retenir comme les auteurs d’une nouvelle dissidence présentée au public de 58 à 62 par les galeries Breteau, Ariel, Charpentier, Rive-Gauche; Jeanne Bucher, Shoeller, Durand, etc...

 

En savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_figuration

Autopsie d’un attentat

Extrait :

...A peine avais je dépassé l’obélisque, pour être exact je m’apprêtais à passer le pont et ralentir au moment de franchir la voie qui longe la Seine qu’un missile venu de ma droite m’a éjecté par la portière refermée par Mary un instant plus tôt. Comme un boulet de canon j’ai glissé sur le pavé humide à 10 ou 15 mètres de l’épave, du sang dans les yeux, ma veste arrachée, mes lunettes cassées. J’ai noté dans mon journal : je vais bien et plus tard, j’ai une plaie purulente au cul (les lombes). Naturellement ce n’était pas un engin de guerre qui m’avait ainsi bombardée mais une voiture. Or quand j’ai pu me relever et en me retournant constater les dégâts, il n’y avait pas d’autre véhicule que la carcasse de ma deux chevaux écrasée au sol, moteur et roue droite confondus. Elizabeth par chance avait bloqué sa portière. Elle était près de moi, tentait de m’aider à retrouver mes lunettes tandis que trois jeunes italiens qui passaient par là, me forçaient à m’allonger, roulaient un imperméable sous ma tête et me voyant fouiller dans mes poches, glissaient entre mes lèvres une cigarette de tabac blond et l’allumaient avec des cris de secouristes empressés.

Je ne pouvais pas rester éternellement dans cette position. Je me suis relevé en titubant suis allé m’asseoir sur le plancher offert par la portière béante de la deux chevaux. Voyant cela, les italiens nous ont laissés.  J’ai tout lieu de croire que ce sont eux qui ont appelé les secours....

 

Contribution à une histoire de la perspective

Extrait :

...S’il était possible d’interroger les artistes natifs de l’ancienne Lascaux, ils diraient qu’ils ont caché dans une grotte réputée inaccessible, leur désir d’en finir avec une oligarchie qui maintenait leur peuple en esclavage.

Ces prêtres que de nos jours nous nommons énarques sont représentés sous la forme symbolique d’un mammifère inconnu de dimensions énormes, qui obstrue la sortie pour des troupeaux qui aspirent à la liberté.

En effet cet animal monstrueux en ce qu’il n’est identifiable à aucun, les menace avec sa corne unique dirigée vers eux comme un lance dont elle a à peu près la longueur.

Le conducteur de ces troupeaux qui parcourent une assez longue galerie, se cache au fond d’un puits pratiquement inaccessible à aucun organisme humain.

C’est un homme ; il est petit : c’est la signature de l’artiste qui craint d’être découvert.

Il se tient debout, le sexe en érection derrière une vache qui perd ses viscères. Mais son message manifeste clairement une opposition à la tyrannie.

Il est signifié par l’oiseau qui termine l’extrémité d’un bâton tenu en mains. En terme ésotérique, ce volatile exprime les intentions cachées dans une croyance hérétique.

Or la fécondation in vitro pose aujourd’hui comme hier les mêmes problèmes de réglementation dans la mesure où c’est dans les entrailles d’une vache que se fait la gestation...

© 2016 françoisjousselin  Reproduction interdite sans autorisation